inauguration du memorial des sous mariniers de Toulon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

inauguration du memorial des sous mariniers de Toulon

Message  LA MORUE le Sam 5 Déc - 21:45

http://www.dailymotion.com/video/xbcbv2



1 er article de var matin



Les photos


L'HOMMAGE...du sous marin Rubis





Cela commence toujours par un ruban bleu ,blanc,rouge des enfants et des photographes



Puis quelques militaires s'en melent



De plus en plus de militaires -la reconnaissances des jeunes sous mariniers
envers leurs ainés



Meme que certains ont des fanions aux canons(marque des sna)



Il faut bien sur aussi des porte drapeaux,Titin,Ange......et les autres



Puis il y a la chorale......



Et aussi la musique...



Et enfin arrive la bénédiction, dans les trois confessions s'il vous plait!!!



Il faut couper le ruban ,monsieur le maire et qui plus est vous qui etes secrétaire d'etat a la défense
ne pas se couper les doigts car cet instant est d'une grandiose sollenité et d'une rare émotion pour toute cette assistance



des brassées de fleurs éphemeres pour une reconnaissance eternelle



Puis il faut rendre hommage a ces hommes dont le nom est gravé pour l'eternité afin de montrer aux générations futures que leur sacrifice n'a pas été vain



Discours de l’amiral Pierre-François Forissier

Chef d’état-major de la marine

à l’occasion de l’inauguration du Monument National des Sous-Mariniers.

Toulon, le 28 novembre 2009
« Des marins sont morts en mer. Ils étaient des volontaires, c’est-à-dire qu’ils avaient d’avance accepté le sacrifice et qu’ils avaient fait un pacte avec le danger. Au nom de la Patrie, je salue leur mémoire et je suis sûr que ce qu’ils ont voulu faire et ce qu’ils ont fait restera pour notre France quelque chose de fort, comme ils l’avaient voulu ».
C’est en ces termes que le 8 février 1968 le général de Gaulle honorait, ici même, la mémoire des 52 sous-mariniers de la Minerve disparus au large de Toulon dans la nuit du 26 au 27 janvier 1968.
Ce matin, en inaugurant cette stèle, c’est le lourd tribut payé par les forces sous-marines que nous voulons honorer. C’est la mémoire des 1667 sous-mariniers morts pour la France, français, britanniques et pakistanais disparus en service commandé, mais aussi la mémoire du personnel des constructions navales qui a perdu la vie au cours d’essais que nous voulons saluer.
C’est le courage, l’abnégation et le sacrifice de tous ces hommes qui ont permis à la France d’être reconnue et de s’imposer dans le cercle très fermé des nations dotées de l’arme sous-marine que nous voulons célébrer. Car l’effort technologique qui a été consenti par notre pays n’a eu d’égal que la bravoure de tous ceux qui ont participé à cette aventure.
Des années d’apprentissage ont été nécessaires pour maîtriser de tels savoir-faire. Et aujourd’hui, si notre pays dispose d’une force nationale de dissuasion permanente, autonome et garante ultime de notre sécurité, c’est au travail, à la remarquable compétence mais aussi au sacrifice de ces hommes que nous le devons. Aucun d’entre nous ne doit oublier ceux qui sont en patrouille pour toujours.
Cette cérémonie nous rappelle également avec quel dévouement et quel courage nos équipages assurent, en permanence, et dans la discrétion la plus totale, la plus longue et la plus importante des missions opérationnelles. Celle du maintien de notre posture de dissuasion à la mer.
Je sais ce que la patrouille opérationnelle représente d’éloignement, de solitude et d’abnégation et, à cet hommage, je souhaite également associer les familles de ces sous mariniers sans lesquelles rien ne serait ou n’aurait été possible. Je veux aujourd’hui leur dire mon soutien et ma reconnaissance.
Dans ce monde en perpétuelle évolution où la menace devient plus diffuse, où la mondialisation ne fait qu’accroître l’incertitude stratégique et souligner l’importance des espaces maritimes, les forces sous-marines continuent de garantir notre sécurité et, comme l’a rappelé le Président de la République à Cherbourg en mars 2008, elles permettent à notre pays de jouer tout son rôle pour la défense de la paix et de ses valeurs.




Quel beau et sollennel discours Mr Falco,c'etait émouvant et tellement réel!

Discours de Monsieur Hubert FALCO, Secrétaire d’Etat à la Défense et aux anciens combattants, Maire de TOULON (Photo FOSIT)


"Désormais, les navires qui entreront, chaque jour, dans le port de Toulon verront se dessiner, au loin, le kiosque d’un bâtiment de pierre, la silhouette d’un sous-marin. Alors, les marins, sur leur pont, se souviendront de tous les sous-mariniers qui ont accompli, pour la France, le sacrifice suprême. Ils se souviendront de ces hommes, de ce qu’ils étaient, de leur courage, de leur valeur, de l’extraordinaire fraternité qui les liait les uns aux autres, à la vie à la mort.
Ils se souviendront qu’en s’embarquant, ces hommes ont laissé derrière eux ce qui comptait, à leur yeux, le plus au monde : des parents, des femmes, des enfants, des amis, une vie heureuse qu’ils espéraient et dont le destin les a privés.
Et ils ressentiront, au plus profond d’eux-mêmes, ce que nous ressentons aujourd’hui devant ce monument : le respect et la reconnaissance. Le respect, parce qu’il n’y a pas de sacrifice plus noble et plus héroïque que celui auquel ces hommes ont consenti. 1600 noms sont gravés dans le bronze de ce monument.1600 noms qui nous apprennent les plus hautes valeurs humaines.
Vous voulez savoir ce que le courage signifie ?
Ce que l’héroïsme veut dire ?
Ce que servir son pays implique ?
En donnant tout ce qu’ils avaient, jusqu’à leur propre vie, ces hommes nous en apportent la réponse. Une réponse exigeante et terrible. Lorsqu’un équipage embarque et que le panneau se referme derrière lui, chaque sous-marinier incarne ce qu’un être humain peut donner de meilleur. Il n’y a pas, à bord, de place pour le chacun pour soi, pour l’individualisme ou le mépris de l’autre. L’air que l’on respire, c’est la respiration de son camarade.a solidarité, la fraternité, l’égalité ne sont pas ici de vains mots, mais des réalités sensibles, vécues, éprouvées. Peut-être bien que chaque sous-marinier est différent l’un de l’autre. Chacun a son origine, ses propres convictions et ses propres croyances. Mais chacun place le devoir et le service au-dessus de tout. Car chaque geste accompli par un seul homme met en jeu la survie de l’équipage tout entier... Qu’un seul vienne à défaillir et le pire peut advenir. Jamais, autre part que dans un sous-marin l’on peut percevoir combien le destin collectif dépend de chaque destin individuel. Voilà ce que nous offrent les 1600 sous-mariniers dont le nom est gravé sur ce monument : une formidable leçon de vie. Une leçon pour la France d’aujourd’hui. Un pays a besoin de la diversité de ses talents, de ses origines et de ses compétences, mais il a besoin aussi d’unité.
En érigeant ce monument national, ici, à Toulon, au bord de notre rade où l’histoire des sous-marins de la Marine Nationale trouve son origine, la République a voulu témoigner de son respect pour tous les sous-mariniers morts pour la France, pour les valeurs qu’ils portent et pour tout ce qu’ils représentent. Elle a voulu également leur dire sa reconnaissance, à eux-mêmes et à leurs familles qui les pleurent.
Jamais, sans le sacrifice de ces hommes, la France n’aurait pu se hisser au rang des puissances qui disposent aujourd’hui dans le monde, de l’arme nucléaire sous-marine. Jamais notre pays n’aurait pu assurer les moyens de sa défense et de son indépendance.
Jamais nous n’aurions pu, sans ces hommes qui ont donné leur vie, garantir notre liberté. Ce monument national, qui doit beaucoup à l’Amiral DURTESTE que je tiens à saluer et à remercier, ce monument national rend justice à la mémoire de sous-mariniers morts pour la France ou en service commandé.
Ils ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Ils ont tout donné. Leur mémoire ne disparaîtra pas. Ni la mer ni l’océan ne se refermeront sur elle. Elle survivra à leur propre sacrifice. Chaque fois qu’on apercevra, depuis le large de la rade de Toulon, la silhouette de ce monument, chaque fois qu’on viendra s’y recueillir, le destin de ces hommes exceptionnels reviendra à notre mémoire. Chaque fois, bien sûr, nous serons tristes en pensant à ces sous-mariniers. Mais nous saurons, désormais, une chose :
La France leur réserve l’honneur.
La Fance leur réserve la gloire.
Fin de citation



Il faut toujours une pluie d'étoiles pour arroser le souvenir



une foule attentive et recueuillie



Et pendant ce temps là.....la mission continue



Vous avez raison messieurs Durteste et Falco de vous congratuler,
vous nous avez offert un magnifique monument


Le glorieux papote technique


On pose pour le souvenir



Et le monument se rendort apres toute cette agitation,
gardant en son sein les noms de nos freres
avatar
LA MORUE
Utilisateurs

Nombre de messages : 38
Age : 68
Localisation : saint patrice(37)
Date d'inscription : 30/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum